les bâr-tard octobre 2012

Il ne va pas être évident d’écrire quelques lignes sur ce groupe. D’abord parce qu’il s’agit en majorité d’amis et qu’il est toujours compliqué d’écrire sur ceux que l’on aime. Il y a notre “héros”, Jean Marc, dit le phaco, que je ne présente plus et qui fait désormais quasiment parti du staff ! Ensuite parce que les 2 nouveaux (sur 9), Olivier et Jean-luc, dit “Ratou”, se sont fondus avec une rapidité et une aisance surprenante dans la complicité  et l’osmose déjà installées de longue date. Un groupe de fous. Mais de fous géniaux. Merci encore et encore à Eric et Michel qui une fois de plus, nous ont fait confiance. L’inénarrable Eric, qui sous ses airs de bout-en-train-bon-teint, cache une personnalité riche et délicieuse, que l’on se plait à découvrir au fil des ans. Etre sérieux sans se prendre au sérieux telle pourrait être sa devise. Ne change vraiment rien Eric, tu es des nôtres. Michel, plus en retenue mais tout en  finesse, nous fait profiter de son calme et de sa bonne humeur constante, un pur délice. Venu avec ses amis de Gap, nous avons goûté avec gourmandise le fait de revoir deux vieilles connaissances, Jean Paul et Claude, deux valeurs sûres en moto comme en quad et deux gros déconneurs qui ne s’ignorent pas tant que ça. Prêts à tout, ces deux là ! Une bonne journée de roulage, une bonne soirée et leur sourire omniprésent agît sur l’équipe comme le baume des Pyrénées. Et que dire de Ratou, père de la biennommée Marianne, robuste comme un roc, tendre comme la viande des barbecues de Mateus et heureux de vivre comme un “chianti” d’Italie dans le verre. Un régal. J’ai déjà beaucoup dit sur les autres les années précédentes, les fameux Carcassonnais ! Les Bassos père et fils, Olivier et Anthony, dont nous aimerions tous être tantôt les fils de l’un ou les pères de l’autre (!), et pour continuer sur les liens de parenté, Philou pourrait facilement et avec maestria remplir un vrai rôle de frangin. Frangin déjanté certes, mais frangin fidèle et précieux. Ils nous ont fait une sacré surprise en nous amenant Olivier. Ô putain, Olivier !!! Les adjectifs manquent tout autant que les superlatifs. Il lui aura bien fallu quelques courtes minutes pour se fondre dans cette ambiance si spéciale, qu’il contribua largement à rendre encore plus spéciale. On l’a mis mignon, le Olive. Merci à lui pour ses étincelles dans les yeux, du matin jusqu’au soir et vice versa. Un vrai élixir de bonheur.  A bientôt donc, sûrement à Carcassonne, pour un 14 juillet promis “tagada-tsoin-tsoin” ! Et comme toujours, un immense merci à vous tous.

Cédric Michon

 

Raid Oriental : Calendrier
ChargementChargement



Raid Oriental : Livre d'Or


Tweet